Hypothermie, Arnaldur Indridason

Publié le 17 Mars 2010

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/3/2/9782864247234.jpgAprès l’enquête sur le meurtre de l’individu retrouvé dans le lac Kleifarvatn dans « L’homme du lac », nous voici aux abords d’un autre lac, celui de Thingvellir, avec « Hypothermie », dernière enquête publiée à ce jour du commissaire Erlendur. Il faut dire, comme on l’apprend à la lecture d’Arnaldur Indridason, des lacs, ce n’est pas ça qui manque près de Reykjavik.

 

Justement, c’est dans le chalet familial près de la rive qu’est découvert le corps de Maria, pendu au bout d’une corde. Tout indique le suicide, d’ailleurs, l’affaire est classée après l’enquête de routine, l’examen du médecin légiste et l’investigation de la police scientifique. Seulement, Karen, l’amie de la défunte qui a découvert le drame, ne peut se résoudre au geste de Maria. Malgré le décès de sa mère deux ans auparavant et la dépression qui s’en suivit, le suicide n’entrait pas dans le caractère de celle-ci. Intrigué par la détermination de Karen, Erlendur profite d’une période creuse au commissariat et va chercher à en savoir plus, sa curiosité piquée par un enregistrement entre Maria et un médium. Il déterre au passage deux affaires de disparition vieilles de trente ans, ne laissant autant que possible aucune piste non explorée, les personnes disparus ayant un impact particulier dans la vie intime du commissaire.

Son enquête ne relevant d’aucun mandat officiel, c’est seul, sans Elinborg ni Sigurdur Oli, qu’il va mener ses investigations.

 

Comme de coutume, les personnages sont particulièrement fouillés, les situations jamais anodines, les pièces du puzzle parfaitement ajustées. Une fois encore, Arnaldur Indridason soigne son récit toujours bien ancré dans la société islandaise, et peaufine la personnalité toute cabossée de son personnage principal.

 

Voir aussi « La voix » et « Hiver arctique ».



Hypothermie, Arnaldur Indridason, Métailié Noir éditions, février 2010, «««««

Rédigé par deparlà

Publié dans #les livres de par là

Repost 0
Commenter cet article

Restling 27/03/2010 16:16


C'est le seul traduit en français qu'il me reste à lire, j'ai hâte !


deparlà 28/03/2010 18:46


ah! moi il me reste la cité des jarres, je me le garde comme le meilleur pour la fin.
bonne lecture!


Bénédicte 26/03/2010 20:52


je le note Merci


Bénédicte 25/03/2010 15:07


je ne suis habituellement pas très polar mais ceux  d'Indridason ont décidemment l'air très bien, je me laisserai peut-être tenter Bonne journée


deparlà 26/03/2010 19:41


oui, très bonne idée, peut-être en commençant par le premier "la cité des jarres" qu'il me reste à lire et que la blogosphère semble appréciée


Philo 20/03/2010 00:51


Un auteur dont j'ai beaucoup entendu parlé et que j'ai très envie de découvrir.


deparlà 20/03/2010 07:47


Ah! ça c'est une chance, tu as quelques valeurs sures devant toi


Alex-Mot-a-Mots 17/03/2010 21:16


J'ai un peu laissé tomber Indridason en ce moment. Trop de polar nordique sans doute.


deparlà 19/03/2010 12:45


Quant à moi, je ne m'en lasse pas
en ce qui concerne Indridason tout au moins
facile, j'ai tout lu ou presque, je me garde encore "la cité des jarres" pour plus tard et goûtre mon plaisir