Shutter Island

Publié le 13 Mars 2010

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/6/0/9782743620066.jpg

 


Teddy n’a pas le pied marin. Son système digestif supérieur ne manque pas de le lui rappeler, là, à bord du ferry reliant le port de Boston à Shutter Island.

 

Accompagné de son coéquipier Chuck, lui aussi maréchal fédéral, il se rend à Ashecliffe, unique établissement de l’île pour patients aux désordres psychiatriques sévères, les plus violents de la société américaine des années 50, celles d’après guerre, des feutres mous, de Bogart, des lobotomies ou des électrochocs.

 

Une patiente, justement, a disparu. Évaporée de sa cellule fermée à clef, malgré les gardes, postes de contrôle, grilles multiples et verrouillées, Rachel a été internée suite au massacre de ses 3 enfants. Elle s’est évanouie sans trace ni chaussure, seule une feuille de papier est retrouvée au sol derrière la commode sur laquelle on peut lire une énigme, comme un code formée de lettres et de chiffres.

L’hôpital se présente en trois parties, les pavillons A et B auxquels Teddy et Chuck peuventhttp://www.espace-psy.com/photos/illus491.jpg avoir accès, et le pavillon C, lieu fantasmagorique dans lequel sont internés les cas les plus coriaces, ceux pour lesquels la pharmacologie semble impuissante et où les pires manipulations chirurgicales restent l’ultime recours. Les limites de la coopération des médecins pourtant affables vont se révéler très préjudiciables.

Aucun signe de Rachel et avec cette tempête qui se déchaine, le huis clos prend une tournure inquiétante quand les motivations de Teddy commencent à faire surface. En effet, très marqué par la guerre en Europe, le coup de grâce lui a été asséné avec la mort de son épouse, Dolorès, dans le feu de leur appartement, acte criminel dont l’auteur serait justement retenu dans ce pavillon C. Aux prises avec ses démons, ses migraines, ses cauchemars et ses doutes, Teddy voit l’étau se resserrer autour de lui. La vérité change de version comme le ciel de couleurs en ces instants de tempête.

http://cine-serie-tv.portail.free.fr/actu-cine/26-08-2009/une-nouvelle-date-pour-shutter-island/shutter_island_hautbis.jpg 

Dennis Lehanne, dont, non, je n’ai pas lu « mystic river », a construit un roman haletant, aux rebondissements incessants sans complètement nous perdre. N’empêche, de retournements en crêpes et de médaille en revers, la très bonne seconde partie est une maestria en l’art de la manipulation. Jusqu’aux ultimes pages, Lehanne ne nous laisse pas souffler, les fous sont dans le livre et peut-être bien qu’il aimerait bien nous faire tourner girouette nous aussi.

 

Il faut se laisser mener par le bout du nez pour que le coup soit gagné et se transforme en coup de maître.


Shutter Island, Dennis Lehanne, Roman 2003, Rivages/Noir poche 2009, «««««


Adaptation cinéma de Martin Scorsese, 24 février 2010 (que je n'ai pas vu)


Rédigé par deparlà

Publié dans #les livres de par là

Repost 0
Commenter cet article

Anjelica 05/04/2010 22:55



m'attend patiemment dans ma PAL :)



deparlà 07/04/2010 08:49



un bon moment de lecture t'attend au même endroit