L'entreprise des Indes, Erik Orsenna

Publié le 16 Septembre 2010

  

Comme défenseur de la langue française, il y en a pour penser à Bernard Pivot, d’autres à Daniel Pennac, pis encore d’autres mais les noms font défaut à une pauvre culture personnelle.

Moi c’est Erik Orsenna. Pour tout dire, j’en suis restée à « L’exposition coloniale » comme bonbon littéraire, repue, à l’époque, d’avoir aussi bien lu. Avec « La grammaire est une chanson douce », « Les Chevaliers du subjonctif », « La révolte des accents » et « Et si on dansait ? », la qualité est là et je m’interrogeais sur le peu de romans finalement lu de lui. Precipitación donc sur « L’Entreprise des Indes », certaine de mon coup.

 

Ha la la.

 

Quelle déception !

 

Pourtant le sujet paraissait séduisant : au XVème siècle, Bartolomé, frère de Christophe Colomb et cartographe de formation se trouve au cœur du grand projet de l’ainé, la route des Indes, plein ouest, fi de la route de la soie. Il sera lui-même englouti par l’appétit de Christophe à réaliser son voyage, son destin vampirisé par la détermination et l’ambition de son frère.

Prometteur donc.

Mais, las !

Malgré la passion de l’auteur dans ses interviews, le livre tombe à plat, l’émotion peine à suinter, l’attrait s’effiloche, la qualité de l’écrit se noie dans un style trop travaillé pour s’alléger.

Finalement, je suis allée au bout du livre, je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai traversée l’Atlantique à la nage pour cela mais c’est déçue déçue que j’ai touché terre.

 

Certaines réflexions de-ci de-là aident, tels les îlots d’un archipel ou d’un chapelet de curiosité, à maintenir le cap :

 

« …J’avais toujours vécu près de l’eau. Et de Gênes à Lisbonne j’avais soit longé la Méditerranée, soit franchi l’Espagne avec pour but une bordure de l’océan.

Cette fois, m’écartant un peu plus à chaque pas d’un rivage, il me semblait m’arracher à la vie.

Je m’attendais à ne rencontrer que de la tristesse et de la contrainte.

Comment se sentir libre, me disais-je, quand on vit loin de la mer ? Comment ne pas étouffer quand des terres, et seulement des terres, vous encerclent ? Pas étonnant que ces prisonniers ̶ là, ces malheureux qui vivent au milieu des forêts et des champs, n’aient de cesse de fabriquer des livres. Quand on ne dispose pas de bateau ̶ , la seule façon de fuir, c’est lire. »

 

« Jean de Westphalie m’avait tout de suite trouvé l’ouvrage pour lequel j’étais venu sur ordre de mon frère, cet Ymago mundi qui devait avoir tant d’importance dans l’histoire de l’agrandissement du monde. Ma mission accomplie, je pouvais à tout moment revenir à Lisbonne. Pourquoi repoussais-je de jour en jour mon départ ?

Il est des heures où l’existence hésite : à côté du chemin prévu se présente une autre route. L’amitié, tout autant que l’amour, peut faire basculer des destins. Jean de Westphalie me proposait de m’installer près de lui et que nous œuvrions de concert. Arguant que je connaissais déjà une part de son métier, que j’avais, pour y exceller, la patience et le soin et le goût d’apprendre et celui de transmettre ; que ce métier avait pour avantage, inappréciable chez les natures semblables à la mienne, curieuses de tout, d’aborder tous les savoirs sans s’enfermer dans aucun : un livre achevé, vous verrez, on se passionne illico et tout autant pour un autre domaine ; que , pour accroître l’intelligence chez les hommes, les livres valaient bien les bateaux, et la lecture, le voyage ; que, surtout, un grand mouvement d’intelligence se levait ici, dans le sud des Pays-Bas, et que, si j’acceptais de demeurer quelques semaines, il pourrait me faire rencontrer certains philosophes de ses proches : ils parlaient de la liberté, et offraient à l’espèce humaine des perspectives exaltantes.

Je balançai une pleine semaine.

De ce balancement Christophe ne sut jamais rien. Le lui eussé-je raconté qu’il n’aurait rien écouté et encore moins entendu. L’Ouest seul l’occupait.

Pourquoi décidai-je finalement de ne pas changer le fil de ma vie ?

Rien ne sert de regretter.

Nous sommes faits d’eau. Et, comme elle, nous suivons notre plus grande pente. »

 

"L'entreprise des Indes", Erik Orsenna, Stock mai 2010, «««««

  

Rédigé par deparlà

Publié dans #les livres de par là

Repost 0
Commenter cet article

Violette 26/10/2010 14:29



j'ai lu la même chose que toi de cet auteur. J'ai été lassée déjà par le côté répétitif de ses précédents livres. Celui-là ne sera donc pas pour moi :-/



deparlà 06/11/2010 10:49



vi, enfin non, il n'est pas pour toi, j'irai même jusqu'à dire qu'il est pour personne mais ce serait méchant, bon allé pour une méchanceté de plus.



Philo 18/09/2010 00:47



Même si j'ai apprécié sa façon de jouer avec la langue française et ses subtilités, j'ai été plutôt décue par Si on dansait ? que j'ai lu il y a quelques mois. Je ne suis pas sûre de réitérer
avec cet auteur.



deparlà 21/09/2010 10:42



oui, un auteur qu'on a plus plaisir à écouter qu'à lire finalement



Lilibook 16/09/2010 20:40



ah mince, moi qui l'avait repéré à la biblio...



deparlà 17/09/2010 12:31



une biblio très à jour à ce que je vois


rien ne t'empêche d'y jeter un oeil (ça fait bcp moins mal qu'on le croit) qd le choix de tes envies reste flou ;-)