Le Voyage des grands hommes

Publié le 25 Mars 2010

http://ecx.images-amazon.com/images/I/415U%2BRSfhuL._SS500_.jpg

En ces temps troubles et inquiétants des années postrévolutionnaires promptes à raccourcir toute velléités monarchiques, il demeure cette journée de 1794 (le 20 vendémiaire de l’an II) où les restes de Rousseau, le philosophe, sont conduits à travers Paris jusqu’au Panthéon. Lambert se souvient bien de ce personnage et, n’en déplaise au souffle des applaudissements de la foule, l’homme du peuple aujourd’hui glorifié n’avait de cesse, quelques 40 ans plus tôt, d’être reçu dans les salons où on voulait bien s’en accommoder.


A l’époque, Lambert était valet auprès de Mme d’Épinay, une maison enorgueillie de distinction et de visiteurs raffinés. La propriétaire avait pour ami Rousseau, pour amant Grimm et espérait Diderot dans son cercle, tandis que Mr d’Épinay s’occupait ailleurs. Pour égayer le premier, divertir le deuxième et appâter le1002883[1] dernier, elle leur propose sa voiture et son valet le meilleur pour un voyage en Italie dont la musique et les chants trouvaient grâce aux oreilles des grands hommes. De Turin à Naples, en passant par Milan, Pise, Florence et Rome pour enfin remonter par Modène, l’équipée commence par se connaitre plus intimement entre la prostate de l’un, les régimes de lait de l’autre, les susceptibilités de tous. Les petites moqueries ne manquent pas de chatouiller les susceptibilités de tous et Lambert parvient encore à arrondir les angles, s’occuper des trois, contenter tous les besoins. La pertinence et le franc parlé du valet rivalisent avec l’éloquence des grands hommes qui voudraient se décharger d’une malveillance que leur réputation ne saurait s’entacher. Le voyage, au commencement bon enfant, prend une tournure dont les cahots rivalisent avec ceux que leur voiture endure sur les routes de l’époque.

Un voyage que les interventions du n°7 de la descendance du valet n’a, en dehors de ce récit de la main même de Lambert transmis d’héritier en héritier, et sans remettre en question la véracité des écrits, trouvé aucune trace dans ceux de ces grands hommes dont un tel périple n’aurait dû rester sous silence de leur part ce qui en dit long sur ce trio infernal.

http://www.cellf.paris-sorbonne.fr/medias/programme_31.jpg              http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:bnwMmxYZdn8DgM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ab/Friedrich_Melchior_Grimm.jpg/140px-Friedrich_Melchior_Grimm.jpg

L’aventure racontée ici ne se trouve pas là où on la cherche. Des incidents, il y en a, mais ils ne sont que prétextes à relancer les discussions et les taquineries qui savent toucher leur cible. Il en découle, avec un valet implacable, un exercice de style de haut vol de la part de François Vallejo. Les faiblesses de l’homme, tout grand qu’il soit, n’aiment en aucun cas, et encore moins ici, faire les frais d’un public qu’il soit « amicale » ou « domestique ». Il sonde les travers d’une humanité qui tout intouchable qu’elle se croit être rivalise d’égalité avec celle qui ne s’y croit pas.

J’ai beaucoup aimé et je me suis aussi beaucoup amusée notamment du vocabulaire choisi à la mesure de cet : « Tu extravagues, Lambert ». Vraiment, un petit bijou ce livre.

 « MM. Rousseau, Grimm et Diderot avaient avalé Pise en deux heures de temps, s’exclamant sur la beauté des rues et des monuments. Les voilà qui admirent, j’avais d’abord songé, ils vont enfin séjourner plusieurs nuits en même endroits, pour pouvoir admirer plus longtemps, et nous reposer. Ces hommes-là n’aimaient pas, je le crois bien, admirer trop longtemps, et ils s’aimaient mieux mécontents de tout. »

"Le Voyage des grands hommes", François Vallejo, janvier 2005, éditions Points, «««««

Du même auteur, j'ai aussi aimé "Ouest" et "Groom".
Vous apprécierez peut-être aussi "Jean-Jacques" de Frédéric Richaud

 

Rédigé par deparlà

Publié dans #les livres de par là

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bene 28/03/2010 14:11


J'adore cet auteur et j'avoue que je ne connaissais pas du tout ce titre. Le coté historique m'a l'air intéressant. A voir donc!!


deparlà 28/03/2010 18:45


oui très intéressant.

et oui aussi, il me semble cet auteur mal représenté dans la blogosphère, pour ma part je ne connais pas "Madame Angeloso", prix france tv 2001, comme quoi ...