La route

Publié le 12 Décembre 2009

                                                  http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/1/6/9782757811610.jpg    

Je n’avais encore rien lu de Cormac McCarthy, je m’en souviendrais.

Comme je me souviendrais toujours de « La route », tant l’émotion ressentie à la lecture me bouleverse encore.

 

Le pire est arrivé, la peur de nos peurs s’est passée, la terre ne voit plus le soleil, ni la lune, seuls le froid et la pluie demeurent, les nuits sont noires comme on se l’imagine d’un tombeau.

Dans ce paysage de désolation, des hommes ont survécu. Ils errent jusqu’au bout de leur survivance.

Un homme et son fils marchent sur les routes, on ne sait pas d’où ils viennent ni où ils vont, dans le sud peut-être bien, pourquoi ? L’espérance peut-être bien.

Ce qu’il est advenu, on ne le sait pas, au fur et à mesure de la lecture on ne veut plus le savoir.

Ils sont en guenilles, maigres, sales, mais ils avancent. Ce sont des « gentils », se gardent bien des méchants et marchent au jour le jour tant qu’ils peuvent trouver à manger, se réchauffer, ne pas mourir et marcher.

 

Voilà, c’est en gros l’histoire. Elle porte à réflexions.

 

Le petit a toujours peur, tout est dangereux, les autres, et nous aussi on a peur, c’est l’angoisse, la tristesse, l’horreur.

 

J’ai souvent pensé laisser tomber, trop triste pour un petit cœur sensible . Pis non, le point de non retour atteint il a bien fallu que j’aille voir comment il a terminé son histoire, tant qu’à pleurer autant le faire jusqu’à la lie, même si je me doutais bien qu’il n’y aurait pas de happy end mais peut-être un peu l’illusion de l’espoir ?

 

« Personne ne veut être ici et personne ne veut partir. Il leva la tête et regarda le petit de l’autre côté du feu. Puis il regarda l’homme. L’homme voyait ses petits yeux qui l’observaient à la lueur des flammes. Dieu sait ce que voyaient ces yeux. Il se leva pour remettre du bois sur le feu et écarta les braises des feuilles mortes. Les étincelles rouges s’élevèrent en frémissant et s’éteignirent là-haut dans le noir. Le vieillard but le reste de son café et posa le bol devant lui et se pencha, les mains tendues vers la chaleur. L’homme l’observait. Comment saurait-on qu’on est le dernier homme sur terre ? dit-il.

Je ne crois pas qu’on le saurait. On le serait, c’est tout.

Personne ne le saurait.

Ça ne ferait aucune différence. Quand on meurt c’est comme si tout le monde mourait aussi.

Je suppose que Dieu le saurait. N’est-ce pas ?

Il n’y a pas de Dieu.

Non ?

Il n’y a pas de Dieu et nous sommes ses prophètes. »

 

Pas de nom, ni pour les lieux, ni pour les hommes, à peine si on arrive à suivre qui parle, ça n’a plus d’importance.

 

J’ai explosé mon budget kleenex.



La Route - Bande-Annonce / Trailer [VF]


"La route", Cormac McCarthy, Prix Pulitzer 2007, points 2009

Adaptation cinéma Réalisé par John Hillcoat, avec Viggo Mortensen, Kodi Smit-McPhee, Guy Pearce, sortie le 2 décembre 2009.

Rédigé par lechemindeparlà

Publié dans #les livres de par là

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Aurore 25/02/2010 20:22


Je me demande encore comment un tel roman a pu sortir de la tête d'un homme?!! Tout est si...vif! Et cette absence d'explications, d'espoir.. tout est incroyablement blessant et monstrueusement
beau!


deparlà 26/02/2010 09:22


... peut être une remise en question sur le sens de la vie, ou de son essence même


Cécile de Quoide9 15/01/2010 13:05


Je suis nettement moins enthousiaste que toi à propos de ce livre qui fait partie des 3 finalistes du prix Qd9 de la catégorie "livre non francophone". C'est d'ailleurs pour ça que je l'ai lu et en
le refermant je me suis dit incrédule "tout ça pour ça ?".
Mon avis est là
http://ceciledequoide9.blogspot.com/2010/01/la-route-cormac-mac-carthy.html


lechemindeparlà 20/01/2010 17:02



oui, les motivations engendrant une telle histoire restent un mystère, peut-être n'est-ce qu'un prétexte à développer une reflexion sur le sens de la vie quand plus
rien ne semble avoir de sens, justement, bref, que faire avec le côté obscur de l'homme ?



Alex-Mot-a-Mots 19/12/2009 11:41


Un livre coup de poing qui m'a marqué longtemps, aussi.
Merci d'avoir laissé un message sur mon blog, je découvre le tien.
A bientôt.


lechemindeparlà 20/12/2009 11:08


bonne découverte .... et si j'osais je dirais bonne route


beabab 14/12/2009 21:09


Je n'ai pas lu ce livre qui est pourtant sur mes étagères, ce que tu en dis me donne envie de le lire, on ne peut pas nager toujours dans le bonheur gavaldien.

Avant "la fabrique", sur notre blog commun, je me rapelle que Grazie avait fait une note qui donnait également envie de lire ce livre, voilà la note :
http://lantiforum.hautetfort.com/archive/2008/02/13/this-is-the-end.html

bon les commentaires se perdaient un peu dans des sujets  divers et variés, nostalgie quand tu nous tiens !

Sinon je n'irais pas voir le film avant d'avoir lu ce livre. D'ailleurs, le film n'est pas à la hauteur du livre.


lechemindeparlà 15/12/2009 12:47


non, le monde ne peut pas être toujours gavaldesque qui, à mon sens, n'est pas la quintessence du bonheur non plus, juste une facilité à s'y reconnaître p't'ête
ben

oui, la note sur votre ancien blog est de qualité et fidèle au livre, mais si je l'avais lu, ou même la mienne je suis sure que je n'aurais pas lu le livre, trop triste
mais c'est vrai, il en faut du talent pour, malgré le sombre sujet, les pauvres survivants, écrire d'une telle manière sans tomber dans le misérabilisme
et non, pas le film, trop peur qu'il soit quand même un peu à la hauteur du livre, le sentimentalisme en plus, et tout


Leiloona 13/12/2009 11:46


Un livre que j'ai eu du mal à lire. Trop sensible moi aussi. Mais au final, un grand, un très grand livre !


lechemindeparlà 14/12/2009 10:35


oui, sans doute, trop éprouvant cependant


dasola 12/12/2009 17:51


Bonsoir, personnellement, je n'ai pas explosé mon budget Kleenex, ce n'est pas un mélo et je connaissais la fin (la mort du père) et comme dans le roman, la fin ouverte me paraît un peu trop "happy
end". Mais je te conseille le roman même si, personnellement, je ne suis pas trop fan. C'est trop noir à mon goût. Bonne soirée.


lechemindeparlà 12/12/2009 18:31


ah, mais je me suis mal fait comprendre
dans ma note je parle du roman
j'ai mis la bande annonce du film car film il y a, et je me garderai bien d'y aller car, je suis de ton avis, l'histoire est trop noire
Bonne soirée à toi aussi