Agatha CHRISTIE especially

Publié le 2 Décembre 2010

 

 

Lire, la revue littéraire, a publié le 12 novembre 2010 un hors-série dédié à "une femme fatale" (sous titre-t-il, trait d'humour tout british, humpf, je me gosse encore!) : Agatha Christie !

  

Comme beaucoup de témoignages de lecteurs, prestigieux auteurs contemporains en vogue par ailleurs, je suis une aficionados depuis mes douze ans. J'ai dévoré ses intrigues principales comme aujourd'hui les ados se jettent sur Harry Potter. Pour le reste, le cinéma et la télé se sont chargés de parfaire ma culture christienne.

Je me replonge régulièrement dans quelques unes des enquêtes d'Hercule Poirot, quand un temps maussade ou une santé malmenée me cloue au coin du feu avec les sinus obstrués, voyez ? Mon dévolu se jette aux côté des petites cellules grises de Poirot dont les travers mégalomanes supérieurs n'arrivent jamais à m'agacer autant que le bruit des aiguilles à tricot de cette fouineuse de Miss Marple.

En l'occurrence, on apprend ici que l'apparition de cette vieille dame avait justement à voir avec les stéréotypes un peu trop prononcés et envahissants du détective belge aux yeux de la reine du crime. Heureusement, elle ne se décida pas à lui réserver un sort définitif, enfin pas trop prématurément (il y passera tout de même dans "Hercule Poirot quitte la scène", rien que d'y penser la goutte me revient au nez). Hercule Poirot reste The number One parmi tous les autres enquêteurs qu'elle a pu imaginé, et il y en eût !

 

Tout ça nous est bien détaillé.

 

La biographie de l'auteur est dressée dans les grandes et principales lignes, son oeuvre exposée, décortiquée et remise dans le contexte. La dame à su mettre à profit les turpitudes de son époque et de sa vie pour enrichir ses intrigues et entretenir un certain mystère sur la sienne comme nous le révèle "Une mystérieuse disparition", article qui traite de la disparition momentanée d'Agatha Christie, coup du sort ou coup de pub ? étrange.

 

Pour les ignorants finalement, comme moi, des motivations et de la vie d'Agatha Christie cet hors-série numéro 11 (pour les collectionneurs) se montre instructif et passionnant.

 

L'interview de son spécialiste universitaire John Curran vaut son petit pesant d'or.

 

Le descriptifs des principaux personnages apparaissant dans plusieurs des enquêtes est précieux et souligne dans l'oeuvre l'importance notamment d'Ariadne Oliver à travers qui Agatha Christie semble s'être le plus transposée.

 

"Car Ariadne Oliver, c'est surtout l'alter ego parodique d'Agatha Christie. Laromancière a su lui insuffler ses propres réflexions sur l'écriture, ses doutes, ses regrets, ou encore ses colères vis-à-vis de certains de ses personnages. Les déboires répétés d'Ariadne avec son détective de papier, le Finlandais Sven Hjerson, ne sont d'ailleurs pas sans rappeler les propres griefs d'Agatha Christie contre Poirrot ! On retrouve également chez Ariadne Oliver des détails plus intimes, tels que sa manie de changer régulièrement de coupe de cheveux ou sa passion pour les pommes, consommées avec appétit à chacune de ses papparitions... "

 

On y revient p79 quand il s'agit de percer le mystère "Agatha" dans le décryptage "L'autre Agatha".

 

Il est aussi question dans l'article "Voyage dans le noir" d'opposer la productin policière de l'auteur aux nouvelles vagues du roman policier, une idée bizarre vouée à ringardiser la reine du crime ? comme si lire Elizabeth George, Harlan Coben ou Stieg Larsson interdisait de revenir aux fondamentaux , sont fous ou biens ?

 

Je ne saurais donc trop conseiller de consulter cet opus qui donne envie de repartir faire un petit tour dans cette époque peu exploitée de l'entre deux guerres au côté de Poirot !

Rédigé par deparlà

Publié dans #sous le sabot d'un cheval

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

maggie 02/12/2010 17:31



Je viens juste de me l'acheter !!!! J'espère qu'il va me plaire : je suis une fan aussi depuis mes 15 ans de cet auteur !



deparlà 04/12/2010 08:33



m'est avis que tu vas te régaler