Le liseur, Bernhard Schlink

Publié le 7 Août 2009

" À quinze ans, Michaël fait la connaissance d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois il la rejoint chez elle tous les jours et lui fait la lecture à haute voix. Cette Hanna, mystérieuse, disparaît du jour au lendemain.

Sept ans plus tard, Michaël assiste au procès de cinq criminelles parmi lesquelles il reconnaît Hanna. Elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée.

Il la revoit une fois, des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : "Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres?". "


… cette énigmatique quatrième de couverture, la photo de Ralph Fiennes en prime, j'embarque le bouquin sur la plage bien loin de penser ce que j'allais y trouver. Je ne cherchais rien de spécial d'ailleurs, juste une bonne histoire qui engloutirait dans l'ombre mes voisins plagistes pour un certain temps. Ce fût chose faite !


Comment imaginer, hormis l'histoire d'amour annoncé, se retrouver dans les méandres d'une Allemagne prise dans les affres d'une histoire peu glorieuse, de la honte, la culpabilité, de la justice, plusieurs années après la guerre quand la nouvelle génération fustige celle de la guerre. Le malaise allemand est palpable.


"En même temps, je me demande, et je commençais déjà à me demander à l'époque ce que devait, ce que doit faire en vérité ma génération, celle de gens vivants à une époque ultérieure, des informations sur les atrocités de l'extermination des Juifs. Nous ne devons pas nous imaginer comprendre ce qui est inconcevable ; nous n'avons pas le droit de comparer ce qui échappe à toute comparaison ; nous n'avons pas le droit de questionner, car celui qui le fait, même s'il ne met pas les atrocités en doute, en fait néanmoins un objet de communication, au lieu de les prendre comme une chose devant laquelle on ne peut que s'imposer le silence de l'horreur, de la honte et de la culpabilité ? À quelle fin et jusqu'à quel terme ? Non que le zèle qui m'avait poussé à participer à ce séminaire, pour affronter et élucider le passé, se soit tout simplement perdu au cours de procès. Mais enfin l'on condamnait et châtiait quelques rares individus, tandis que nous, la génération suivante, nous nous renfermions dans le silence de l'horreur, de la honte et de la culpabilité : et voilà, c'était tout ?"


Car Hanna affronte ses juges, accusée de ces horreurs au récit insoutenable, que les témoins, l'auditoire, tous supportent.

Michaël, alors étudiant en droit, ne rate aucun jour du procès. Au-delà du souvenir de son amour, les mystères entourant la personnalité d'Hanna dont il s'accommodait à l'époque semblent détenir la clef de sa perte.


L'auteur, par le biais d'une romance, ne manque pas de nous interpeller sur les dommages d'une histoire, particulièrement en Allemagne, qui ne s'est pas arrêtée le jour de la libération, pose des questions sur l'impossibilité à l'assimiler et continue de meurtrir des générations qui n'en ont pourtant pas été les acteurs.


"Le liseur", Bernhard Schlink, Gallimard 1996, folio 1999, 4/5

           


Le film "The Reader" de Stephen Daldry avec Kate Winslet et Ralph Fiennes est sortie le 15 juillet 2009 (pas vu).

               

Rédigé par lechemindeparlà

Publié dans #les livres de par là

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Luna 20/03/2011 11:05



Je trouve que "le Liseur" est réellement un livre magique : Bernhard Schlink sait si bien parler des sentiments, c'est incroyable !!


L'histoire en elle-même peut être assez dérangeante (vision personnelle) : le nazisme et l'amour "différent" gène beaucoup de personne... Mais c'est fait avec une telle beauté des mots que ça
passe tout seul ! (ce qui n'est pas de cas de tant de livre que ça finallement : Nabokov écrit merveilleusement, mais son livre Lolita me dégoute profondément...)


Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur "Le Liseur" de Bernhard Schlink sur mon blog...


 


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!



Nicolas 09/12/2009 22:38


Si tu veux me faire plaisir, lis un McBain ou un Brussolo, ce sont mes chouchous  à bientôt.


lechemindeparlà 12/12/2009 18:33


je note, merci


Nicolas 09/12/2009 11:33


Ce roman ne m'a pas marqué, que ce soit au niveau du style ou de l'histoire.


lechemindeparlà 09/12/2009 16:26


Bon, je prends note Nicolas

j'ai visité ton blog et oui, enfin non, nous n'avons pas beaucoup de lectures en commun mais j'ai bien noté ton goût du polar, que je partage et je ne manquerai pas de lire un de ceux pour
lesquels un petit coeur bat à la fin de ta note .


Anjelica 29/09/2009 11:25


le livre lu il y a quelques années fait parti de mon panthéon personnel. J'ai aimé le film mais moins que le livre.


yueyin 28/09/2009 10:46


Un petit roman coup de poing diablement efficace, j'ai du mal à m'en sortir :-) mais j'irai volontiers voir le film... je suis curieuse !


Leiloona 09/08/2009 12:56

Ce roman m'avait bouleversée : je compte d'ailleurs aller voir le film bientôt.

lechemindeparlà 10/08/2009 14:11


personnellement je n'irais pas, trop triste.
Je ne vais au cinéma que pour me divertir, pas pour pleurer, la lecture me préserve plus de mes émotions et cette histoire est très émouvante. En même temps, je ne sais pas quel parti aura pris le
réalisateur, mais les américains ont le chic du mélo alors ...
enfin, tu me diras ...


Iluze 08/08/2009 12:01

Cette histoire me tente beaucoup... Je vais essayer de le me trouver rapidement :)

lechemindeparlà 10/08/2009 14:25


oui, l'histoire est très intéressante et bien écrite, une des nouvelles d'"amours en fuite" un autre livre de Bernhard Schlink, "the other man", va être adapté au cinéma avec Liam Neeson cette fois


Cécile de Quoi de 9 07/08/2009 18:13

Un des rares livres que j'ai lu d'une traite.Un grand texte sensible, beau, intelligent et qui fait réfléchir.